Le blog - idéveloppement : agence web Bordeaux utilise des cookies pour vous garantir une bonne expérience de navigation. Si vous continuez à visiter notre site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Le film du week end : Jobs

Aucun commentaire

Bonjour à tous ! Pour cette rentrée c'est désormais moi (Pierre, enchanté) qui écrirai "le son du week end" et non plus Alan. Et pour ce premier article, je vais vous parler non pas d'un groupe mais d'un film (et voilà, à peine arrivé, je mets déjà le bazar...). Je suis allé voir Jobs hier soir, le biopic sur le créateur d’Apple par Joshua Michael Stern. Je m’attendais à assister au nouveau The Social Network mais ce film en est bien loin. Explications…

Tout d’abord, on reste sur sa faim de par le choix des périodes traitées. Le film commence à la fin des études de Steve en 1971, nous voyons les prémisses de la création d’Apple, l’ascension de la firme, les flops et le départ de son fondateur en 1985. Saut dans le temps pour voir rapidement son retour en 1997 et… fin.

La toute première scène du film, où Jobs présente l’iPod en 2001, laissait pourtant penser que nous irions au moins jusque là. Après tout, quitte à se concentrer sur Apple, autant montrer comment son PDG a réussi à remettre sur pied un bateau prêt à toucher le fond. Car en effet, si le film s’appelle « Jobs », il ne parle quasiment que de la vie de Steve Jobs au sein d’Apple. Tout ce qui le concerne personnellement (son refus de reconnaître sa fille, son passage à vide, sa lutte contre le cancer) n’est pas ou peu traité. Dommage. À partir de là, il ne reste que l’image d’un dirigeant despotique et égoïste, ce qui me semble plutôt réducteur.

Steve Wozniak, cofondateur d’Apple, a par ailleurs indiqué que le film était « non conforme aux faits » et préparerait un autre long-métrage avec le scénariste de The Social Network, justement.

Pour finir, la mise en scène est plate, sans relief et on s’ennuie bien vite malgré une bonne prestation d’Ashton Kutcher. Sa ressemblance est plutôt convaincante autant sur le plan physique que dans l’attitude, mais cela ne suffira pas à rattraper un film qui ne s’adresse finalement qu’aux fans du business man Jobs.

 

Posté dans : Geek
Mots-clés : Apple, cinéma, critique, film, Jobs, Steve Jobs

Ajouter un commentaire