Le blog - idéveloppement : agence web Bordeaux utilise des cookies pour vous garantir une bonne expérience de navigation. Si vous continuez à visiter notre site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Une semaine dans la réalité mixte

Aucun commentaire

Pour mon premier article, je vais vous parler de ma dernière semaine à l'IUT de Bordeaux où j'ai eu l'occasion de tester le nouveau jouet de Microsoft : le casque Hololens.

Réalité virtuelle, réalité augmentée, réalité mixte, quelles sont les différences ?

La réalité virtuelle ou VR (virtual reality en anglais) vous plonge dans un monde entièrement numérisé, totalement virtuel. Les casques les plus connus sur le marché sont l'Oculus Rift et le HTC Vive.
La réalité augmentée ou AR (augmented reality en anglais) a pour but d'apporter des informations supplémentaires au monde réel. Vous l'avez déjà rencontrée par exemple lors d'un match de football à la télé lorsque l'on voit la distance entre le ballon et les cages ou encore sur les plateaux TV pour afficher des informations, des titres, à côté du présentateur. Le plus gros succès de l'AR est sans aucun doute le jeu Pokémon GO où des Pokémon se superposent à l'image filmée par votre caméra de smartphone.
La réalité mixte ou MR (mixed reality en anglais) est un terme assez nouveau qui vise à supprimer la frontière entre la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Le casque Hololens a cet objectif.

Illustration du casque Hololens

Illustration du casque Hololens

AR et MR, comment les reconnaître ?

Comme dit précédemment, le terme de réalité mixte étant encore jeune, la frontière entre ces types de réalité n'est pas bien définie. Beaucoup de personnes ne font pas la différence, et c’est normal !
Pour mieux comprendre la nuance qui les sépare, la réalité augmentée ne fait qu'afficher des informations virtuelles dans notre environnement sans aucune interaction possible entre le virtuel et le réel. Dans l'exemple Pokémon GO, les Pokémon s'affichent sur notre écran indépendamment de ce que l'on est en train de filmer.
La réalité mixte va plus loin, elle va afficher un monde virtuel en prenant en compte l'environnement qui nous entoure sans qu'on lui dise ce qui se trouve autour de nous. Si je veux visualiser un danseur en train de danser sur une table en réalité augmentée, je vais devoir placer un marqueur sur la table qui va être reconnu par la caméra et l'application va alors placer le modèle virtuel à l'emplacement du marqueur. Maintenant si je veux le visualiser avec la réalité mixte, le casque va détecter automatiquement la table et placer le danseur dessus. Le modèle virtuel va réellement interagir avec la table donc si je la soulève, le danseur suivra le mouvement. Si je m'en vais de la pièce et que je ne vois plus la table, alors le danseur sera invisible car il sera toujours sur la table. Si je prends un cube et que je le fais tomber dans un escalier, il dégringolera de l'escalier. Ce type de réalité offre un large éventail de possibilités !

Prise en main du casque Hololens

Cette semaine, le but était de prendre en main un objet connecté par groupe de 4 à 5 personnes.
Au premier contact, j'ai vu un produit de très bonne facture, avec de très bonnes finitions. On pourrait quand même regretter la matière plastique du casque qui ne fait pas très premium vu le prix de la bête (plus de 4000€ sur Amazon).
Dès la première utilisation, un tutoriel nous apprend rapidement les gestes simples et basiques d'utilisation de l'appareil. Le casque embarque Windows 10 (bizarre ?...) et une application basique. Elle permet d'intégrer des hologrammes animés ou non dans notre environnement. C'est très basique mais cela reste très impressionnant. L'appareil gère bien les collisions des hologrammes avec les objets réels grâce à des capteurs qui cartographient notre environnement en temps réel. De plus, le casque intègre un système sonore qui permet d'entendre notre singe placé sur la table mangeant une banane ou encore un astronaute volant derrière la fenêtre !

Hologrammes vus avec le casque Hololens

Cartographie de l’environnement fait par l’Hololens

Et côté programmation ça donne quoi ?

Nous avons pu réaliser en quelques jours deux petits jeux grâce au moteur de jeu Unity. Bien que le casque soit récent et la documentation peu fournie, Microsoft a fait les choses bien. La bibliothèque de code permet une utilisation quasi instantanée de toutes les fonctionnalités offertes par le casque : détection de collision, interactions avec les hologrammes, détection et compréhension de la voix avec Cortana (l'assistante personnelle de Windows 10) ou encore la spatialisation du son (plus on s'approche d'un objet plus on l'entend)... Tout cela est accessible sans écrire presque aucune ligne de code !
Le premier jeu nous met face à plusieurs bâtiments flottant devant nous. Le but est de simplement reconnaître la ville où se trouvent ces bâtiments et de le dire à voix haute.
Le second jeu consiste à cacher un cube dans une pièce puis de passer le casque à un second joueur qui devra le trouver et vice versa. Le joueur ayant trouvé le cube le plus rapidement gagne la partie.

Prototype ou produit final ?

Une fois l'effet "WAOUH" passé, difficile de percevoir l'intérêt d'un usage quotidien de ce casque. Son prix pas vraiment accessible, sa faible autonomie (2 à 3 heures), son poids assez élevé pour un casque (579g), son champ de vision réduit (les hologrammes sont visibles grâce à deux petits écrans placés devant vos yeux qui ne recouvrent pas complètement le champ de vision) et son manque flagrant de contenu proposé en font un prototype encore perfectible.

Posté dans : Geek
Mots-clés : Bordeaux, Microsoft, Pokemon, réalité augmentée, VR

Ajouter un commentaire