Le blog - idéveloppement : agence web Bordeaux utilise des cookies pour vous garantir une bonne expérience de navigation. Si vous continuez à visiter notre site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Bien débuter un projet web

1 commentaire

"Bonjour idéveloppement, je souhaiterais un site internet, combien ça coûte ?"
Nous recevons tous les jours des e-mails, des appels téléphoniques, voire même des visites surprises (pas plus tard qu'hier) de ce type. Nous nous retrouvons donc très fréquemment face à des demandes imprécises, accompagnées (ou pas) de briefs ou cahiers des charges (CDC) souvent incomplets.

J'ai une certitude : débuter une relation sans support ou avec un mauvais brief technique et fonctionnel, a de lourdes conséquences sur le bon déroulé et la qualité d'un projet web.
Ce petit billet a donc pour but "d'éduquer" nos prospects (ne le prenez pas mal) et de donner quelques pistes aux chefs de projets et responsables marketing qui nous suivent sur le blog.
Pierre a déjà abordé ce sujet mais je souhaite y apporter mon propre ressenti, et puis nous sommes vendredi et j'ai envie d'écrire (depuis le temps) !

Depuis 6 ans, je m'occupe de la partie commerciale de l'agence (épaulé par mon chef de projet et associé Pierre) et j'ai remarqué qu'il existait 2 grandes typologies de prospects / clients :
1. celui qui n'est pas prêt,
2. celui qui sous-estime notre travail.

projet webprojet web

 

1. Celui qui n'est pas prêt : la création d'une solution web ne s'improvise pas.

Avant de lancer un projet il faut ne pas se tromper d'objectif(s), avoir les idées claires et posséder l'équipe nécessaire en interne.
"On veut la même chose que nos concurrents A et B mais la marque C fait des choses qui nous plaisent aussi..."

Je suis conscient que notre rôle est de conseiller, d'aider et de clarifier les demandes de nos clients mais il est très important que ces derniers aient les idées claires avant de nous consulter. Je vois trop souvent des briefs ou CDC qui sont une accumulation d'idées, quelques fois intéressantes, mais qui manquent trop souvent de cohérence.

Dans cette lignée, il n'est pas rare de voir passer des demandes dans lesquelles les clients se trompent sur les moyens à employer pour y parvenir :
"Nous voulons mettre en place un site internet avec une page actualités et un blog liés à nos réseaux sociaux. Si ça prend bien, nous allons embaucher un webmaster ou un community manager."

Bien sûr, c'est notre cœur de métier de mettre en place ce type d'outils. Un site bien réalisé, adapté aux mobiles, tablettes et ordinateurs (responsive) sont des facteurs clés pour la réussite d'un projet mais espérer faire du digital efficace sans un minimum de moyens et d'équipe en interne est vain ! Notre agence ne peut pas tout gérer, et encore moins la logistique interne du client (même si nous proposons dans quelques cas du webmastering). Il me paraît donc très important d'avoir au moins un responsable marketing dédié pour pouvoir mener à bien un projet web et le pérenniser : centraliser les demandes, regrouper les contenus, mettre à jour les futures actualités, etc.

J'ai trop souvent vu des sites inactifs au bout de quelques semaines alors qu'au moment de notre rencontre le client était plein d'envies.

 

2. Celui qui sous-estime notre travail : une réalisation web demande beaucoup de travail et de rigueur.

"On commence quand le design ?"
J'entends souvent Pierre répondre "Pas tout de suite !"

Notre métier a longtemps hérité des process de la communication "papier" ou "old school" (un peu à la "99 Francs") et beaucoup de clients sous-estiment le travail à réaliser. Par exemple, pour la création d'un site e-commerce ou d'une WebApp, il faut :

  • bien comprendre les enjeux du site (ce que j'explique au-dessus),
  • rubriquer la future interface,
  • designer l'ensemble des pages en se basant (généralement) sur une charte existante et en étant en relation permanente avec le client (allers/retours des maquettes graphiques entre notre webdesigner et le client),
  • intégrer les maquettes en HTML5, CSS3 et JS,
  • développer, adapter le socle technique sélectionné (nous travaillons avec Prestashop pour les sites marchands par exemple),
  • fusionner le socle / CMS avec le travail d'intégration,
  • intégrer les contenus éditoriaux et visuels du client (textes, photos, produits, etc.),
  • lier le site avec un module bancaire,
  • tester le site et ses différentes fonctionnalités,
  • effectuer tous les tests navigateurs (et il n'en manque pas),
  • rédiger la documentation du back-office,
  • former le client à l'utilisation de son nouvel outil,
  • mettre en ligne la solution,
  • recetter.

Une fois tout cela effectué, il faut lier le site avec divers outils (Google WebmasterTools, Google Analytics, etc.) et lors d'une prestation de référencement SEO / SEM, étudier régulièrement l'Analytics pour améliorer l'expérience utilisateur et optimiser les taux de transformation.
De la même manière, et c'est notre "bête noire" (tu vois de quoi je parle Pierre), réussir à gérer le client pour qu'il ne sorte pas du périmètre prévu lors du lancement du projet. Il faut absolument éviter cela (sous peine de mettre à mal la charge de travail anticipée) et faire évoluer, ensemble et dans le bon sens, le duo budget / planning.

"Le Web c'est pas cher et si le résultat est simple, c'est donc que c'est facile à faire."
"Pas besoin de brief ou de CDC, moi je veux un truc super simple."
"Prenez un site standard, changez la couleur et c'est bon."

Hum, comment dire... La légende qui véhicule l'image du geek dans son garage qui développe Google ou Facebook en une nuit, et ben désolé, mais cette légende urbaine est fausse. Sinon je vous écrirai déjà des Maldives en sirotant une Piña Colada et en hésitant entre aller faire un 18 trous ou un tour de jet ski !

geek 2000

Mener à terme un site internet ou une application web/mobile est loin d'être une chose facile. Cela demande des process rigoureux, de l'expérience, une équipe interne d'experts, une organisation et surtout une très bonne connaissance du métier pour éviter les pièges classiques (que j'ai connus lors des débuts d'idéveloppement) et qui peuvent vite transformer un projet bien négocié en un véritable enfer ! C'est d'ailleurs grâce à ces/mes/nos premières erreurs et projets chaotiques que nous avons gagné en maturité et que je peux vous expliquer tout ça aujourd'hui.

Le vrai problème, c'est qu'il est extrêmement compliqué de faire simple ! Donc je ne veux plus entendre dire, chers clients, ce genre de choses : "Vous êtes en train de m'expliquer que si je veux un site super simple, ça va me coûter super cher ?"

Je vais conclure ce billet (qui m'a fait le plus grand bien), en listant les principales informations nécessaires d'un brief à nous transmettre pour bien débuter notre future relation :

  • décrivez votre entreprise / marque : historique, faits marquants des dernières années,
  • présentez succinctement votre projet (sans penser à la technique),
  • faites un "état des lieux" de vos outils actuels,
  • expliquez-nous clairement vos objectifs (à savoir que moins il y en aura, plus il sera facile de les atteindre),
  • précisez quelles sont vos cibles et quel est votre positionnement marketing,
  • indiquez 3 exemples de sites / applications que vous appréciez et 3 exemples de sites / applications que vous n'aimez pas,
  • listez les pages et fonctionnalités de votre projet (et détaillez au maximum chacune d’entre elles),
  • précisez les prestations que vous souhaitez nous confier : web design, développement, intégration responsive, hébergement, référencement, etc.
  • donnez votre deadline idéale et votre enveloppe budgétaire.
  1. Eski

    Ce genre d'article est toujours utile, c'est de l'actu pro !

    Répondre

Ajouter un commentaire