Le blog - idéveloppement : agence web Bordeaux utilise des cookies pour vous garantir une bonne expérience de navigation. Si vous continuez à visiter notre site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les consoles Nintendo (3/9) : la série des Game Boy (1989-2005)

Aucun commentaire

Dans les précédents posts de cette saga, nous avons vu comment Nintendo a démarré sur le marché des consoles de jeux, aussi bien portables que de salon. Mais dans ce domaine, tout va très vite, et la société japonaise se doit de rester à jour !

A la fin des années 80, Gunpei Yokoi, le créateur de la Game & Watch, s'attèle à créer une console portable dont la puissance égale celle de la NES. Plusieurs grosses évolutions par rapport à sa grande sœur sont à noter : la console sera dotée d'un écran de pixels monochrome (à la place des dessins prédéfinis de la Game & Watch) et d'un lecteur de cartouches pour les différents jeux. La Game Boy est née !

Sortie en 1989 au Japon (1990 en France), la console portable se fait rapidement dépasser technologiquement par ses concurrentes, l'Atari Lynx (1989), la Game Gear de Sega (1990) et la PC-Engine GT de NEC (aussi connue sous les noms TurboExpress et Turbo GT) (1991) qui disposent toutes d'un écran couleur. La Lynx offre même des capacités 3D ! Pourtant, aucune de ces consoles ne parviendra à égaler le succès de la Game Boy et de son petit prix.

A sa sortie, la Game Boy est vendue pour 590 francs (90 €) avec le jeu Tetris, qui avait déjà connu son heure de gloire sur PC et bornes d'arcade une dizaine d'années auparavant. Le jeu se vend à 30 millions d'exemplaires. Arrivés en 1996 au Japon et 1999 en Europe, la série des jeux Pokemon (Rouge, Bleu et Vert) rencontre un succès fracassant et fait bondir de nouveau les ventes de Game Boy, avec encore 30 millions d'exemplaires de jeu vendus.

La série des Game Boy ne pouvait s'arrêter en si bon chemin. La Game Boy Pocket fait son apparition en 1996, très similaire à la Game Boy originale, simplement plus petite de 30% et dotée d'un écran légèrement plus grand. Deux ans plus tard, c'est la sortie de la Game Boy Color qui, comme son nom l'indique, propose un écran couleur ainsi qu'un processeur deux fois plus rapide.

Les différentes versions de la Game Boy

Puis la Game Boy Advance (GBA) vient s'ajouter à la famille en 2001. A sa sortie, la GBA est la console portable la plus performante du marché grâce à son processeur 32 bits. Elle est suivie de près par la Game Boy Advance SP, sortie en 2003, qui possède les mêmes caractéristiques techniques que la GBA, mais se dote d'un écran rétro-éclairé et d'une batterie lithium-ion rechargeable. De plus, le design de la console est complètement revisité : la GBA SP peut se replier en deux, prenant ainsi très peu de place et assurant une certaine protection de l'écran. Enfin, Nintendo achèvera la série des Game Boy en sortant la Game Boy Micro en 2005, une nouvelle version redessinée de la GBA, plus légère et plus petite que ses sœurs.

En tout, ce sont donc 6 modèles qui sont sortis en seulement 15 ans. Fiou ! Gros point fort de la série, toutes les versions à l'exception de la Micro sont entièrement rétro-compatibles et permettent donc de jouer aux jeux originaux sur les Game Boy plus récentes !

Et le catalogue de jeux, toutes versions confondues, est plutôt impressionnant. On pourra noter, en plus de Tetris et des innombrables versions de Pokemon (de Rouge/Bleu/Vert/Jaune jusqu'à Rubis/Saphir/Emeraude), Super Mario Land et Super Mario Land 2 - qui font apparaître les personnages de Princesse Daisy et Wario, respectivement - et cinq opus de The Legend of Zelda (de Link's Awakening jusqu'à The Minish Cap).

Tetris Pokemon Super Mario Land 2

The Legend of Zelda - Link's Awakening Pokemon (color) The Legend of Zelda - The Minish Cap

La Game Boy (Pocket et Color comprises) est la 3ème console la plus vendue au monde ; la GBA (SP et Micro comprises) n'est pas très loin derrière, en 7ème position.

La semaine prochaine, nous nous attaquerons au successeur de la Famicom (NES), la subtilement nommée... Super Famicom (Super NES).

Posté dans : Geek
Mots-clés : consoles, game boy, gba, Japon, jeu vidéo, Nintendo

Ajouter un commentaire